Cytokines, évolution et mise en place de l’immunité

geogrs lutfallaResponsable
Georges LUTFALLA (DR CNRS)
 

Interactions hôtes/pathogènes et mise en place de l'immunité

 

 
 
 
 







Team

DAMBLY-CHAUDIERE Christine

Professeur UM2 émérite

christine.dambly-chaudiere arobase umontpellier.fr

GONZALES Catherine

TCN CNRS

catherine.gonzales arobase umontpellier.fr

GUGLIELMI Paul

DR INSERM émérite

paul.guglielmi arobase umontpellier.fr 

LUTFALLA Georges

DR CNRS

georges.lutfalla arobase umontpellier.fr

NGUYEN CHI Mai
CR CNRS Mai.chi-nguyen arobase umontpellier.fr
PECIAROVA Veronika
EU Project manager
veronika.peciarova arobase umontpellier.fr

ROUSSEL Jean-Paul

MCF UM2

jean-paul.roussel arobase umontpellier.fr

SIPKA  Tamara DOCTORANTE tamara.sipka Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

YATIME Laure

CR1 INSERM

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tamara Sipka has been recruited in the frame of Marie Sklodowska-Curie ITN project "ImageInLife" (GA N°721537).               

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Présentation générale
Nous avons décidé d’unir nos efforts pour nos études et d’utiliser le zebrafish comme système modèle pour comprendre comment un hôte infecté réagit aux infections et quelle est la dynamique cellulaire impliquée. Par dynamique cellulaire, nous entendons à la fois quels sont les acteurs intracellulaires ou de surface impliqués, comment les cellules se retrouvent mobilisées au niveau de l’organisme et comment elles œuvrent à la résolution de l’infection, mais aussi comment ces cellules apparaissent à la fois au cours du développement, au cours de l’évolution de l’infection et au cours de l’évolution des espèces.

 

Les différents projets

Thème 1: Macrophages
Responsables : Dr. Georges LUTFALLA et Dr. Mai NGUYEN CHI

L’immunité innée constitue la première ligne de défense de l’organisme pour déjouer les pathogènes. Facilement manipulable, d’un point de vu génétique et embryologique, le zebrafish s’est révélé être un système modèle puissant pour étudier les réponses aux blessures et aux infections. La transparence de sa larve nous permet de visualiser les cellules immunitaires, tels que les neutrophiles et les macrophages, à l’échelle d’une cellule individuelle en temps réel.
Notre groupe utilise la larve de zebrafish pour comprendre comment les phagocytes se différencient et se défendent face aux microorganismes.

Thème 2: Les récepteurs à domaines immunoglobulines et leur rôle dans l’inflammation chronique
Responsable : Dr. Laure YATIME

Nous nous intéressons aux récepteurs à domaines immunoglobulines impliqués dans le maintien d’un état inflammatoire chronique dans un contexte cancéreux ou infectieux. Nous étudions plus particulièrement les récepteurs activés par des molécules de danger d’origine soit endogène, soit pathogène, et nous cherchons à comprendre comment la reconnaissance de ces ligands par leurs récepteurs spécifiques engendre une réponse pro-inflammatoire favorisant la progression de divers pathologies humaines. Pour ce faire, nous utilisons une approche multidisciplinaire combinant la biochimie, la biologie structurale et la modélisation in vivo chez le poisson zèbre.

Thème 3: Lymphopoïèse
Responsable : Dr. Paul GUGLIELMI

Les similarités de la lymphopoïèse des mammifères et des poissons permettent l´identification de patrons de différenciation et de mécanismes robustes conservés au cours de l´évolution. Nous avons établi, chez le Danio, des lignées transgéniques fluorescentes identifiant les lymphocytes B à toutes les étapes de leur maturation, permettant de tirer parti des avantages de ce modèle en termes d´imagerie sur animaux vivants. L´imagerie confocale a permis d‘établir que la lymphopoïèse B du Danio se fait selon deux voies principales:
1/ l´hématopoïèse classique, dépendante des cellules souches conventionnelles prenant place dans le tissu hématopoïétique caudal puis dans le rein céphalique et
2/ l´hématopoïèse primitive qui provient, à partir de 2,5 jpf, de bourgeons hémogéniques à la surface du sac vitellin.
Nous complétons notre travail d´imagerie par l´analyse du transcriptome des lymphocytes B au cours de leur maturation. Nous cherchons à développer des protocoles d´analyse sur cellules individuelles isolées. Une approche du répertoire anticorps par RNA-Seq complète cette étude.
 
Thème 4: Dynamique des Introns
Responsables : Dr. Georges LUTFALLA et Dr. Clement METTLING

Les introns marquent les gènes de métazoaires, mais leur rôle dans l’évolution des génomes suscite un débat : Selfish ? exon shuffling ? Leur conservation dans la plupart des espèces prouve leurs extrême stabilité́. L’existence d’espèces indépendantes et éloignées échappant à cette règle prouve qu’ils peuvent bouger et suggère que les autres métazoaires possèdent un mécanisme actif empêchant cette dynamique.
   D’après les théories de Wlater Gilbert, les introns sont perdus par recombinaison homologue avec des cDNA reverse transcrits. Nous étudions la dynamique du génome dans un model de souris qui accumule des produits de reversetransription. Nos premiers résultats montrent que notre système est fonctionnel : nous observons des pertes d’introns. Nous allons décrire précisément la dynamique des introns et des rétroéléments dans ce mutant de souris afin d’éclairer expérimentalement la controverse sur la stabilité des introns et leur rôle dans l’évolution.